Loading...

Mes testsMes voyages

Mes premières vendanges : 11 jours de coupe en Champagne

Il est temps que je prenne le temps de raconter ma première expérience en tant que vendangeuse. Une expérience intense, inoubliable et que je ne regrette pas du tout d’avoir réalisée.
Comme les questions ont été nombreuses notamment sur instagram et par mon entourage, je vais tenter d’expliquer le pourquoi et ce que j’en ai retenu.

Pourquoi avoir fait les vendanges ?

J’ai 37 ans et je ne l’ai vraiment pas fait pour l’argent. Depuis toujours, je suis attirée par cette expérience. Voilà une liste de mes principales motivations :

– Il y a d’abord l’amour des produits français et plus particulièrement du vin.
– Une curiosité sans fin qui me confirme chaque jour que c’est en faisant qu’on apprend le plus
– Des amis qui les ont faites pour se faire un peu d’argent lorsqu’ils étaient étudiants et qui en ont toujours gardé un bon souvenir.
– Récemment les retrouvailles avec ma nounou qui retraitée agricole les a faites en Bourgogne pendant 10 ans par plaisir.
– Un intérêt grandissant pour le bio et une envie de soutenir les personnes qui prennent soin de notre planète et notre santé autant que possible
– Enfin aussi une envie de comprendre pourquoi il est si difficile chaque année de recruter des vendangeurs

Pourquoi la Champagne et comment trouver un bon domaine ?

Originaire de Bourgogne Franche-Comté, on m’a recommandé beaucoup de vignerons là-bas. J’adore les bourgognes qui restent dans le top de mes vins préférés mais je voulais découvrir une autre région et surtout j’aime aussi beaucoup le champagne.
La condition sinéquanone était un vigneron qui pratique la viticulture biologique. Instinctivement, je savais que j’aurais à faire à des personnes en adéquation avec mes valeurs et forcément ayant un côté plus humain.

En effet, j’avais eu des retours négatifs de certaines personnes ayant fait les vendanges ailleurs et d’autres vendangeurs me l’ont confirmé. On peut tomber chez des vignerons qui vous traitent comme du bétail, heureusement pour moi ce n’était pas le cas.

Pour trouver un domaine, je suis allée sur le génial groupe facebook « Vendanges et emplois en champagne » j’ai tapé bio dans le groupe et un seul recherchait : chez Lamblot.

Est-ce qu’il y a des choses auxquelles tu ne t’attendais pas en faisant les vendanges ?

Voici une question qui est revenu plusieurs fois dans mes instastories quotidiennes. Je vais tenter de donner une réponse plus détaillée de ce que j’ai pu répondre sur l’appli et selon mon degré de fatigue qui était plutôt élevé.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mélanie (@melanimages) le

Le repas et le logement ?

Pour les vignerons, il est devenu compliqué avec les nouvelles lois  d’héberger des vendangeurs.  Un bien pour les vendangeurs qui réussissent à se faire héberger aux normes, un mal pour ceux qui n’ont pas le choix que de dormir dans une tente ou un camion.


Personnellement, j’ai loué à un prix raisonnable la chambre airbnb du vigneron proposée toute l’année aux voyageurs et avec les crédits de parrainage que j’avais obtenu, je n’ai pas eu à sortir l’argent de mon compte en banque.

Mais je confirme que si on se paie son logement, ça ne vaut pas vraiment le coup de faire les vendanges.

Les horaires et conditions de travail

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mélanie (@melanimages) le


Toute l’année, je travaille à mon compte depuis n’importe où avec un ordinateur. Je me suis encore plus rendue compte de la chance que j’avais avec ma liberté d’emploi du temps. Et forcément se lever tous les jours à 7h pour commencer à 8 et terminer à 17H (en moyenne) pendant plus de 10 jours non stop sans week-end, c’était intense pour moi.

Je pense avoir été très chanceuse de travailler pour le domaine Lamblot. J’ai rencontré des personnes humaines avec qui j’ai pu parler, apprendre, rire et savourer du très bon champagne.

Nous avions droit matin et après-midi à une pause café/jus de fruits offert + petit sandwich le matin et petits gateaux l’après midi sans parler de l’apéro tous les soirs. (ils me manquent déjà)

Lorsque j’ai eu des grosses douleurs à mes lombaires, Madame Lamblot m’a gentiment prêté une ceinture à scratch et du gel aux huiles essentielles qui m’a bien soulagé.

Si vous en doutiez faire les vendanges est véritablement un travail physique.

Toute la journée vous êtes plié, les grands (je fais 1m74) comprendront rapidement la difficulté. Ensuite il faut porter les paniers remplis du raisin que vous avez cueilli sur plusieurs mètres pour les vider dans des caisses pas toujours à proximité ou déjà pleines. C’est comme ça que j’ai eu quelques énormes hématomes à enjamber les caisses dans les rangs.
Sauf gros orage, apocalypse, typhon… vous allez cueillir. Voilà un aperçu de ce que sont les métiers agricoles, quand le raisin arrive à maturation il faut vite le cueillir.

Bilan de l’expérience

Je suis très heureuse de l’avoir fait. Faire les vendanges faisait partie des choses que je voulais faire au moins une fois dans ma vie. J’ai appris beaucoup sur la biodynamie, sur moi et sur les autres. Plus jamais je ne verrais un verre de vin, une coupe de champagne comme avant.
Je comprends mieux pourquoi il est si difficile de recruter de la main d’oeuvre. Pourquoi pour avoir des fruits et des légumes de qualité, je dois mettre le prix. Il y a des personnes qui bossent très durs pour vous avant qu’ils arrivent jusque dans votre corbeille à fruits et votre frigo.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mélanie (@melanimages) le

J’ai rencontré de belles personnes parmi les vendangeurs.

Et oui ! Passer des journées en binôme à discuter avec les mêmes personnes, ça crée plus de liens qu’avec des personnes qu’on voit seulement 3 fois par an. Dédicace à Laure entre autres 🙂
On retrouve le concept des téléréalités côtoyer des dizaines d’inconnus d’origines totalement différentes tous les jours durant une période continue, c’est un vrai test d’intégration, de vie en communauté, de tolérances… et permet de sortir parfois de son cercle trop fermé d’amis similaires.

J’avoue que j’étais heureuse de rentrer chez moi mais il y a eu un grand vide les premiers jours.

J’ai gagné moins de 800€ pour 11 jours d’affilés de travail sans week-end ni repos.

Si vous voulez en lire plus sur mes vendanges, j’ai aussi partagé mes conseils pour des premières vendanges. et bientôt je vais vous en dire plus au sujet du très bon champagne bio de chez Lamblot.

Enfin si je dois faire une nouvelle expérience agricole, je tenterais bien la cueillette des pommes toujours dans un verger bio, à bon entendeur.

6 comments
  1. Laure

    En tant que binôme officielle de Mélanie aux vendanges, je tiens à ajouter qu’elle a vécu l’expérience à fond, du matin jusqu’à tard le soir… ! Je partage son ressenti vis à vis de cette expérience, c’est physique, parfois les nerfs lâchent mais on peut compter les uns sur les autres pour se motiver ! Pour finir, je dirai que je suis vraiment ravie d’avoir vécue cette expérience avec Mélanie et que je suis prête à en vivre d’autres avec elle tant sa joie de vivre et son déterminisme permettent de dépasser tous les épreuves !

  2. Cha GD

    Super article Mél, très clair et bien illustré ! ça m’a rendue carrément nostalgique de ce petit bout d’été hors du temps…heureusement on se revoit bientôt pour se remémorer nos meilleurs souvenirs et les derniers potins^^ Félicitations en tous cas pour ton courage et reste curieuse !
    Bisous !
    Charline, ex vendangeuse

  3. lemomentM

    Merci pour ton petit mot. J’espère le relire avec la même nostalgie dans 10 ans. T’inquiète la curiosité est bien ancrée 🙂
    A très vite. Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *