Loading...

Marquant

Ma semaine de natation intensive pour vaincre ma peur de l’eau

A 37 ans, je viens tout juste de terminer mes 10h de remise à niveau en natation le temps d’une semaine pour vaincre mes peurs de l’eau que j’ai pu accumuler au cours de ma vie.
Vous avez été nombreux à réagir à mes stories instagram à ce sujet donc voici plus de détails sur le pourquoi du comment mais surtout où j’ai fait tout ça.

Avant de donner mon avis sur cette semaine de cours, voici de quoi comprendre comment on peut avoir peur de l’eau et ne pas savoir vraiment nager alors qu’on a eu une scolarité plutôt classique.
Comme j’en parlais dans mon article au sujet de ma chirurgie réfractive (opération de la myopie), lorsque j’avais 8 ans j’ai déménagé du jour au lendemain « à la ville ».

Dans ma nouvelle école primaire, il y avait des cours de piscine.

Je suis arrivée en cours d’année. Des le premier cours même si j’étais dans le plus mauvais groupe et que dans mes souvenirs j’avais des brassards, l’instituteur m’obligeait à sauter avec la perche où je n’avais pas pied.
Déjà très myope à l’époque, je devais forcément retirer mes lunettes pour sauter. Je ne voyais donc strictement rien même pas le bord de la piscine pour ressortir.
Le prof a créé une réelle peur de la piscine, je crois qu’après quelques séances j’ai supplié ma mère pour qu’elle me dispense de ce cours. Elle qui ne sait pas nager, n’a pas été difficile à convaincre.

Par la suite tous les étés, même si les copines prenaient des cours de natation et adorait aller se baigner, j’ai majoritairement réussi à esquiver les sorties piscines ou je les accompagnais et restais beaucoup dans les transats.

Quand ma soeur a failli se noyer

Ensuite lorsque je devais avoir 12/13 ans, il y a eu un autre évènement traumatisant.
Alors qu’on se baignait avec ma soeur (qui ne savait pas nager également) avec une de ses copines dans une rivière, elle a failli se noyer.
On descendait progressivement à la limite de où on a plus pied. Quand soudain la copine glisse et n’a plus pied. Elle panique, se raccroche à ma soeur et lui appuie sur la tête pour garder sa tête hors de l’eau.
Ma soeur transformée en pilier sous l’eau boit la tasse, je vois qu’elle se noie et je suis impuissante, je ne peux que appeler au secours. Heureusement, il y avait du monde au bord de l’eau dont un pompier (si mes souvenirs sont bons) et il a sorti ma soeur de l’eau.

Puis à l’adolescence vers mes 16 ans, l’arrivée des lentilles !

Avec l’arrivée des lentilles, j’avais une bonne excuse pour ne pas mettre la tête sous l’eau mais surtout demander à ce qu’on ne me jette pas dans l’eau. Pratique pour ne pas montrer que je ne savais pas nager.

Voilà comment j’ai traversé ma vie d’adulte sans trop faire de la natation un problème.

Puis il y a 5 ans, l’opération de la myopie. Les voyages avec des fonds marins incroyables notamment en Australie, à Minorque, en Corse et à Marseille. Je sens que je passe à côté de quelques chose. Enfin il y a eu l’été dernier et quelques journées à la piscine avec mes neveux et nièces. J’apporte une grosse bouée licorne où on peut tenir au moins à deux dessus. On chahute. On rigole. Je bascule de la bouée. Je panique. Merde je me retrouve la tête sous l’eau. C’est l’horreur.
Mes neveux qui savent nager depuis tout petit me regardent surpris, hallucinés de ma réaction alors que j’ai pied !

Je me dis là que ça craint et qu’il faut que je fasse vraiment quelques chose.

Je scrute internet. Je trouve seulement deux associations à Paris qui proposent des semaines intensives de natation : Mes pieds dans l’Eau et Archimède.

La deuxième est moins chère que la première pour le même nombre d’heures proposées, 245€ les 10 heures. Archimède est complet rapidement. Il faut savoir qu’il n’y a pas assez de piscines disponibles à Paris pour le nombre de demandes de cours de natation.
Je m’inscris sur leur site internet dans les listes d’attente. Jusqu’à la date du 20 septembre où je reçois par mail les nouvelles dates disponibles.

Je saisis l’opportunité. Je m’inscris au stage peur de l’eau-débutant qui a lieu un mois plus tard. On me demande de venir avec des lunettes de piscine (cette chose tellement indispensable pour apprivoiser l’eau que je n’avais jamais utilisé), un bonnet et un maillot de bain.
C’est tellement nouveau pour moi de préparer un vrai sac de piscine. (je reviendrais dans un autre billet sur mes conseils pour une première fois à la piscine)

Nous étions un groupe de 9 maximum quand nous étions au complet. Moyenne d’âge de 35 à 72 ans. Chacun avec son histoire personnel mais majoritairement avec l’envie d’apprendre pour nager avec ses enfants, ses petits-enfants.

Le maitre nageur Benoît a été fantastique : Patient, souriant, à l’écoute, drôle et efficace.

Pendant cette semaine, j’ai appris entre autres :

– à apprivoiser l’eau.
– à respirer sous l’eau.
– à me laisser flotter sous et sur l’eau. J’ai découvert l’aspect méditatif de l’eau !
– à rester assise en apnée au fond de la piscine.
– à récupérer une balle au fond.
– à faire la planche sur le dos et sur le ventre
– Enfin à faire la brasse la tête sous l’eau : Faire la brasse la tête hors de l’eau est un drame pour le dos.

L’objectif a été rempli mais je ne veux pas m’arrêter en si bon chemin. Maintenant je veux apprendre à rester où j’ai pas pied (pour taper la causette entre autres avec les copains en vacances) sauter là où je n’ai pas pied (pouvoir me jeter d’un bateau dans les eaux bleues turquoises) et apprendre les 3 autres types de nage (le crawl, le dos et le papillon).

J’attends les dates avec Benoit pour 6 mois de cours à partir de janvier. A suivre 🙂

2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *