Loading...

États-Unis

Mon infidélité à moi c’est voyager. Ma plus belle aventure, New York.

Il y a deux semaines avant mon retour en France, je versais encore quelques larmes en plein coeur de Manhattan car je ne voulais pas réellement partir.
Après ma première semaine en vraie touriste, en 2012 où j’avais pleuré quand l’avion décollait, je m’étais promis de revenir dans ce qui est définitivement pour moi la plus belle ville du monde (avec Paris).

Je l’ai fait, 3 mois aux US dont 2 mois et demi à New York.

Et puis me voilà avec le maximum du visa tourisme achevé, je suis de retour dans notre belle capitale chargée d’histoire, d’architecture, de charmes, de romantisme et de style (oui nous avons les plus beaux hommes du monde un sujet sur lequel je reviendrai avec les Bridgets ).
J’ai donc longuement réfléchi à ce qu’il m’arrivait.

Définitivement, je suis tombée amoureuse de New York comme la plupart des gens qui ont la chance de la découvrir.
Cela a été le coup de foudre, dès la traversée en shuttle depuis l’aéroport JFK. Même si j’avais déjà eu un aperçu dans les séries comme Sex and the city, en vrai c’est quand même autre chose !
Elle est belle, plus jeune que Paris, pleine de folie et d’effervescence. On se sent pousser des ailes, des envies de tout tenter, d’y croire.
New York change tes habitudes en t’apportant d’autres choses (et pas seulement apprécier porter des sneakers avec une robe).
Les plus grands artistes sont là-bas comme du côté de Broadway. Même dans le métro on a envie de donner un billet de 20$ aux danseurs de hip hop ou encore aux artistes de rues tellement le spectacle est toujours puissant.


New York fait du bien.
Tout le monde est friendly, s’excuse pour un rien, te sourit, te parle très facilement. On s’y sent bien.

Mais après réflexions, New york c’est un peu ma maîtresse.

Je passe du bon temps quand je suis auprès d’elle. C’est chouette, c’est intense mais rien n’est viable sur le long terme. Je ne suis pas certaine que ça marcherait vraiment entre nous sur la durée.
Pour plein de raisons que je suis entrain de regrouper dans un autre billet qui me servira de pense-bête à chaque fois que j’aurai le blues de New York.
Parce qu’il est très facile d’avoir les yeux qui brillent en quelques semaines à New York mais après plusieurs mois et discussions avec des newyorkais et expatriés français (où l’on en envisage de rester) on ouvre les yeux et on voit une autre réalité.
Et pour sûr le quotidien, metro/boulot/dodo/(dating) userait notre relation si puissante assez rapidement.

Alors voilà c’était chouette, j’ai adoré mon grand été en sa compagnie. J’ai vécu à New York et plus précisément à Brooklyn un de mes meilleurs étés de ma vie.
J’ai adoré mon quotidien là-bas. Le sentiment de sécurité quand tu prends le métro à n’importe quelle heure de la nuit avec ta petite robe courte de soirée.
Manger et faire des courses à n’importe quelle heure de la nuit.
Lever la tête et avoir cette impression de vivre en permanence dans le décor d’un film même après 3 mois.
Travailler mon anglais, rencontrer des dizaines de nationalités et créer de belles amitiés.
Perdre des kilos parce que la nourriture la plupart du temps m’écoeurait et que je marchais au moins 10km par jour.
Adorer courir toutes les semaines à Prospect Park et une première fois à Central Park avec tous ses accros du sport.

Mais malgré tout ça et aussi il faut l’avouer je n’ai pas vraiment le choix à cet instant, définitivement c’est bon de retrouver sa maison, ses amis, son confort de vie.
Tout comme une femme qui retourne auprès de son mari en dépit de la fougue de son jeune amant. Je retourne heureuse auprès de ma vie parisienne avec des souvenirs, des images et des idées plein la tête.
New York m’a apporté tellement, que je repars plus motivée et heureuse que jamais.
Rien ne m’empêche de refaire une escapade très vite.

New York I love You, for sure see You soon.
Paris, tu m’as manqué et bordel que je t’aime.

2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *